Les labels de cosmétiques en France et leurs significations

QU’EST-CE QUE LES LABELS COSMÉTIQUES ?

Tout d’abord, les labels cosmétiques permettent de garantir certains critères (sur les produits, le mode fabrication et/ou l’origine) aux consommateurs sur les produits qu’ils achètent. Ils sont généralement représentés par un logo sur l’emballage du produit concerné. De plus, pour être labellisé, un produit doit subir des contrôles obligatoires (des audits) par des organismes indépendants afin d’être validé.

Beaucoup de labels existent aujourd’hui, c’est pour cela qu’on ne va pas pouvoir vous les détailler. Bien sûr, nous essayerons de mettre à jour régulièrement cet article. Si vous souhaitez des informations sur des labels en particulier n’hésitez pas à nous poser des questions !

Cet article sera centré sur les labels cosmétiques. Nous avons remarqué qu’il y avait un manque d’information et de compréhension auprès des consommateurs en ce qui concerne la cosmétique éthique. Tout d’abord, commençons par le plus connu de tous, celui qui nous fait à chaque fois payer un peu plus cher nos produits alimentaires : le Label Bio est appelé à la barre !

La première question que l’on peut se poser est : que signifie l’appellation “Bio” ?  

LES LABELS BIO

Tout d’abord, commençons par une définition. Un produit biologique signifie : un produit cultivé sans OGM ni pesticide de synthèse. (cf : règlement européen 234/2007)

Label Agriculture biologique 

Le label AB (agriculture biologique) garantit des produits 100% bio ou contenant au moins 95% de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés. Il impose des pratiques d’élevage et agronomique respectant le bien-être animal et l’environnement.

Ce label permet donc de garantir une certaine qualité des produits. Le petit problème ou détail, c’est que pour les produits transformés les 5% restant, il n’y a aucune garanti de comment ils sont récoltés et dans quelles conditions. Ce Label est le seul Label Bio officiel en France et en Europe. Il garantit des contrôles réguliers réalisés par des organismes indépendants agréés. Mais il existe d’autres Labels complémentaires : Bio Cohérence, Bio Partenaire, Demeter et Nature & Progrès. L’inconvénient c’est qu’ils sont moins disponibles sur le marché.

Est-ce qu’il faut toujours choisir du bio ?

Nous souhaitons juste rajouter une petite remarque au niveau de l’appellation Bio. Un produit bio ne certifie en rien qu’il n’a pas d’impact néfaste sur l’environnement. En effet, il certifie seulement qu’il est Bio  et donc plus respectueux de l’environnement.

Pour vous l’expliquer voici un exemple, lequel des produits est le plus éthique selon vous :

  • Des bananes bio origine Philippine
  • Des pommes non-bio origine France (métropole)

Pour que les bananes arrivent dans votre supermarché, elles ont dû être transportées en avion ou en bateau, et donc ont indirectement consommé du pétrole. Cela augmente l’empreinte carbone du produit. (Empreinte carbone : consommation en énergie fossile, essentiellement le pétrole, pour la production d’un produit). Et ça, c’est mauvais pour la planète !

D’autre part, nous ne connaissons pas précisément le code du travail dans les pays étrangers. Par conséquent, nous ne savons pas comment les salariés sont considérés ni leurs conditions de travail dans les différentes régions du monde.

Les pommes qui ne sont pas Bio, sont d’origine France, donc en achetant ce produit, nous faisons marcher l’économie du pays et c’est un fruit de saison ! D’autant plus que sa proximité lui permet d’avoir une empreinte carbone plus faible. Et ça, c’est bon pour la planète !

Donc, il est sûrement plus écologique d’acheter les pommes non-bio produites en France dans ce cas-là.

Il faut aussi tenir compte de comment les marques emballent les produits. Il faut minimiser la quantité de déchet. Pour cela, rien de mieux que de faire ses courses zéro déchet, vous pouvez aller voir sur cet article.

Les labels bio on valide ?

Ce que nous voulons montrer dans cet exemple, c’est qu’il faut réfléchir à notre consommation ! Il n’existe pas de produit qui ne consomme pas d’énergie, avec une empreinte carbone nulle, 100% naturel et responsable. Tout est une histoire de compromis !

Il est évident qu’il vaut mieux acheter des pommes Bio d’origine France que des pommes non-bio d’origine France. Mais nous n’avons pas forcément le temps de chercher le produit le plus respectueux pour la planète. Et parfois, il n’est tout simplement pas disponible !

Le but étant de réduire l’impact sur l’environnement. A savoir qu’il est impossible de créer de la valeur sans impacter un minimum l’environnement. Mais pour cela, il ne suffit pas seulement de lire les étiquettes sur les produits, il faut avoir une consommation intelligente !

Nous avons fait un petit aparté sur le bio dans l’alimentaire. Parce que prendre soin de sa peau, c’est aussi avoir une alimentation saine.

Le label Bio pour les denrées alimentaire est applicable au niveau européen. En cosmétique, il n’y a pas de label qui permet de généraliser les produits plus respectueux de l’environnement. Il y en a même plusieurs et nous allons vous expliquer les principaux.

À savoir qu’il n’y a pas de bons ou de mauvais label, un label est toujours POSITIF, il permet de certifier aux consommateurs dans quelles conditions le produit qu’il achète a été conçu !

Statistique du nombre de femmes françaises qui ont acheté des produits cosmétiques bio.

LES LABELS COSMÉTIQUES

COSMEBIO

Avant tout, cette association certifie les produits cosmétiques biologiques en tenant compte de la fabrication du produit, du respect de l’homme et des animaux et de la communication responsable et transparente :

Une produit Cosmébio signifie :

  • 95% d’ingrédients d’origine naturelle sur la totalité du produit. (L’eau et les minéraux sont des produits naturels).
  • 95 % minimum d’ingrédients biologiques sur l’ensemble des végétaux.
  • 10 % minimum d’ingrédients biologiques sur le total du produit. (L’eau et les minéraux sont considérés comme non-bio car ils ne se cultivent pas).

À savoir qu’un produit cosmétique liquide (en opposition avec les cosmétiques solides) est à majorité constitué d’eau.

De plus, les critères de ce label permettent d’éviter l’utilisation de certains d’ingrédients controversés comme les silicones, le phénoxyéthanol ou encore les parabènes.

Il existe deux autres variantes des labels de cosmétiques. Et pour plus de renseignement, vous pouvez aller voir  ICI.

COSMOS ORGANIC

  • 95% d’ingrédients d’origine naturelle sur la totalité du produit. (l’eau et les minéraux sont des produits naturels).
  • 95 % minimum d’ingrédients biologiques sur l’ensemble des végétaux.
  • 20 % minimum d’ingrédients biologiques sur le total du produit.

COSMOS NATURAL

Label cosmétique COSMEBIO Natural
  • 95% d’ingrédients d’origine naturelle sur la totalité du produit (l’eau et les minéraux sont des produits naturels).

 

Pour finir, ces derniers labels respectent le cahier des charges COSMOS qui est une association européenne qui permet de définir des exigences communes pour plusieurs pays.

ECOCERT

Premièrement, c’est un organisme indépendant de contrôle et de certification. À savoir que c’est le tout premier organisme qui a développé un référentiel pour « la cosmétique écologique et biologique ». De plus, il permet de garantir la qualité des produits, aux consommateurs, industriels et producteurs en vérifiant la conformité des produits, systèmes ou services. Deuxièmement, l’organisme ECOCERT est reconnu à l’international dans plus de 130 pays.  Pour finir, Ecocert est fondateur de l’organisme COSMOS en collaboration avec d’autres organismes européens dans le but de définir des exigences minimales communes en Europe.

Les objectifs ECOCERT :

Labels cosmétique ECOCERT Cosmos Organic
  • Respect de la biodiversité.
  • Les produits finis ou les ingrédients ne subissent pas d’ionisation (rayon X, gamme …).
  • Pas d’OGM dans les produits (manipulation génétique).
  • Procédés de transformation respectueux de l’environnement et de la santé.
  • Développement du concept de la chimie verte.
  • Pas de produits issus de la pétrochimie, excepté les conservateurs.
  • Les tests des produits finis sur les animaux sont interdits comme l’impose la législation française.
  • 20% d’ingrédients biologiques (sauf pour les produits rincés, les produits aqueux non émulsifiés ainsi que les produits minéraux à 80% : dans ces cas, 10% d’ingrédients biologiques sont requis).
  • 95% d’ingrédients végétaux sont d’agriculture biologique.
  • Tous les ingrédients doivent être d’origine naturelle (exception : les conservateurs).

Ce dernier respecte le cahier des charges COSMOS. Pour plus de détail sur ECOCERT, il s’agit d’un centre de certification et Cosmebio, d’une association qui sont étroitement liés. À savoir que Cosmebio a besoin de certaine vérification auprès de d’ECOCERT. Les deux organismes ont participé à l’association européenne COSMOS.

COSMOS

Tout d’abord, Cosmetic Organic Standard est une norme privée européenne, créée par cinq membres fondateurs : Cosmebio (France), BDIH (Allemagne), ECOCERT Greenlife SAS (France), ICEA (Italie) et Soil Association (Grande Bretagne). Le but est de pouvoir uniformiser à l’échelle européenne, la législation pour la cosmétique biologique et naturelle. De plus, l’intérêt est de pouvoir défendre la filière auprès des institutions. Ainsi, leurs intentions est de promouvoir l’utilisation des ingrédients issus de l’agriculture biologique avec une transformation respectueuse de l’environnement et de la santé et dans le but d’intégrer le concept la chimie verte.

Les objectifs COSMOS :
  • Tous les ingrédients doivent être non pollués.
  • Les produits finis ou les ingrédients ne subissent pas d’ionisation (rayon X, gamme …)
  • Pas d’OGM dans les produits (manipulation génétique).
  • Des procédés de transformation respectueux de l’environnement et de la santé humaine.
  • Les pulvérisateurs, atomiseurs ou brumisateurs utilisant un gaz sous pression (tel que du propane, du n-butane, ou de l’isobutane) sont interdits.
  • Des tests sur les produits finis sur les animaux sont interdits comme l’impose la législation française.
  • La mise en conditionnement doit être respectueuse de l’environnement, recyclable et peu énergivore. Il sera réalisé avec des matériaux qui possèdent une filière de valorisation matières.
  • Le suremballage, comme le fait de mettre du cellophane ou des étuis, est interdit.
  • L’entreprise doit être engagée dans une démarche d’amélioration de la gestion de ses déchets. C’est-à-dire de réaliser un tri sélectif, recycler ou traiter tous les déchets.

NATRUE

Pour commencer, la structure délivre un label si au moins 75% des produits de la marque sont certifiables. NATRUE est un label international à but non lucratif.

Label cosmétique NATRUE

De plus de garantir des produits naturels et bio, cet organisme a plusieurs objectifs.

Les objectifs NATRUE :
  • Seuls les ingrédients naturels ou dérivés naturels, sont utilisés. Aucun produit artificiel n’est autorisé dans la composition (pas de produits issus de la pétrochimie).
  • Les produits finis ou les ingrédients ne subissent pas d’ionisation (rayon X, gamme etc.).
  • Pas d’OGM dans les produits (manipulation génétique).
  • L’absence de parfums et de colorants de synthèses.
  • L’absence de silicones et ses dérivés.
  • L’eau n’est pas comptée dans le pourcentage d’ingrédients naturels. (Cela évite à certaines entreprises de gonfler la perception des consommateurs du naturel en comptant l’eau).
  • 75% des produits de la marque doivent respecter le label

En plus, avec ce label, il y a plusieurs niveaux d’exigence pour pouvoir convenir à une plus large gamme de produit :

  • Des produits 100% naturels, dérivés du naturel ou naturel identique : Garantit une naturalité maximale et définit les ingrédients et leurs taux de transformation. C’est le premier niveau minimum qu’il faut obtenir pour être labellisé NaTrue.
  • Des produits 100% naturels, dérivés du naturel ou naturel identique et 70% d’ingrédients biologiques : Deuxième niveau d’exigence qui garantit toujours la naturalité mais aussi des ingrédients dont 70% sont d’agriculture biologique.
  • Des produits 100% naturels, dérivés du naturel ou naturel identique et 95% d’ingrédients biologiques : Dernier niveau d’exigence qui garantit toujours des ingrédients naturels dont 95% sont issus de l’agriculture biologique.

Enfin, pour plus de détails, cliquez ICI

NATURE & PROGRÈS

Dans un premier temps, Nature et progrès se définit plus par une mention. Les marques peuvent l’obtenir après plusieurs contrôles sur des critères techniques et sociaux, par des professionnels et des consommateurs. De plus, Nature et progrès soutient l’agriculture paysanne à l’échelle humaine, les échanges équitables et le partage des savoirs.

Label cosmétique Nature & Progrès

À savoir que les critères de composition de nature et progrès sont les plus exigeantes du marché. Ils regroupent un grand nombre de produit, et pas seulement la cosmétique.

Les critères Nature et Progrès :
  • 100% des produits sont issus de l’agriculture biologique.
  • Aucune matière première animale, mis à part les produits de la ruche, ou les produits lactés ou lyophilisés, (beurres, petit lait…) ou encore les œufs et la lanoline.
  • Les conservateurs sont tous d’origine naturelle.
  • Pas d’ingrédients de synthèse.
  • La présence d’OGM dans les produits n’est pas tolérée (manipulation génétique).
  • Pas d’huile de palme ou autres plantes végétales qui peuvent provoquer la déforestation ou en disparition.
  • Les matières minérales utilisées ne doivent pas être extraites de manière à polluer ou à modifier le paysage.
  • Refus des produits suremballés et favorise les produits en vrac.
  • Incitation à la maîtrise des déchets et aux matières recyclables.
  • 70% de la marque doit être certifiée Nature et Progrès.
  • Une politique énergétique basée sur les énergies renouvelables.
  • Prise en compte du bien-être animal, sur leurs conditions de vie et leurs alimentations.

Pour finir et pour plus de détails, cliquez ICI

SLOW COSMÉTIQUE

Label cosmétique SLOW COSMÉTIQUE

Enfin, la dernière mention dont nous souhaitions parler est l’association slow cosmétique.  Cette association à but non lucratif, a créé la mention du même nom en 2013. Elle fonctionne comme une récompense sur le même principe que le Guide Michelin. Cela permet de féliciter les artisans engagés. De plus, pour pouvoir obtenir la mention, des experts passent au peigne fin la composition des produits, les ingrédients, le marketing (s’il est raisonnable ou non) et leur communication (valeur, engagement…). Enfin, la marque se voit attribuée une, deux ou trois étoiles selon si elle se rapproche de la charte.

Les Critères Slow cosmétique sont :

  • Ecologie: ni toxicité, ni pollution, ni ingrédients issus de la pétrochimie. Favorise les ingrédients d’agricultures biologiques, avec des cycles courts.
  • Santé : Respectueux de la santé humaine (sans perturbateurs endocriniens ou substances controversées…)
  • Intelligente: besoin réel de la peau, consommer moins mais mieux.
  • Raisonnable : Promesse réaliste, pas de Green-Washing
Témoignage de Marie Youpie pour Slow Cosmétique

LABEL VEGAN ET CRUETLY FREE

Est-ce qu’il est encore utile de le rappeler que nous ne voulons pas de test sur les animaux, ou que nous ne voulons pas de produits issus de l’élevage intensif ? Il est évident que non, mais heureusement il existe des labels qui permettent de nous garantir que les produits cosmétiques que nous utilisons, ne participent pas à la maltraitance animale.

Explication des labels de cosmétiques qui protègent les animaux !

Tout d’abord, il existe de nombreux labels Vegan ou/ et Cruelty free. Ces labels vont de pair avec les labels bio en cosmétiques ! À savoir que la France interdit les tests sur les animaux en cosmétiques ! Mais les produits sur le marché ne garantissent pas qu’il n’y ait pas eu des tests effectués à l’étranger, et c’est là qu’il y a une nuance !

Label cosmétique CRUELTY FREE

Les labels de cosmétiques dits Cruelty Free contrôlent l’absence de test sur les animaux même à l’étranger. Les labels vegan eux contrôlent qu’il n’y est pas de matière animale ou issus de matière animale dans vos produits cosmétiques. Néanmoins, certains labels contrôlent les deux aspects.

De plus, les marques représentent le label avec un lapin qui est le symbole de la cause animale.

Si vous souhaitez plus de détails sur les labels Vegan et Cruelty Free, l’article de Cosmebio fait un bon comparatif ICI

FIN DU SANS SULFATE, SANS PARABEN…

Depuis Juillet 2019, les mentions, que vous avez surement déjà vues avec « sans » seront interdites en Europe. Ce ne sont pas des labels et suivant les circonstances, elles peuvent participer au Green-Washing. Peut-être que vous êtes perdus à présent ?

On vous explique ! Par exemple, les parabènes qui ont à présent une mauvaise réputation dans le monde de la cosmétique, sont supprimés dans les compositions des cosmétiques de certaines marques. Mais certains parabènes sont d’excellents conservateurs et les industriels ont une bonne connaissance sur ces produits. Certaines marques peuvent donc enlever les parabènes pour pouvoir avoir la mention « sans Paraben ». Tout en les remplaçant par des produits non connus et qui peuvent être encore plus toxiques. C’est ce qu’on appelle typiquement du Green-Washing ! Evidemment, les consommateurs ne sont pas des experts en cosmétiques et n’ont pas le temps de l’être, c’est pour cela que ces mentions ont été supprimées, pour protéger les consommateurs du Green-Washing.

Comment s’y retrouver ?

Le conseil que nous pouvons donc vous donner : se référer aux labels, mentions ou organisations qui sont mentionnés plus haut. Ils ont tous pour seul objectif de garantir aux consommateurs une meilleure qualité et transparence des produits cosmétiques.

De plus, Loovia est une marque de cosmétique naturelle basée sur le zéro déchet. Il n’y a pas de Label pour ce mode de consommation mais les produits sont facilement remarquables, ils n’ont pas d’emballage plastique ! Le zéro déchet et les labels vont donc de pair, même si ce type de consommation est relativement nouveau. Il est encore parfois difficile de pouvoir obtenir les labels voulus, mais cela ne serait tarder ! Effectivement, Loovia a l’ambition de pouvoir se procurer des mentions parce que nos ingrédients sont biologiques, nos produits sont sains pour le corps et respectueux de l’environnement !

Mais, si vous souhaitez en savoir plus sur la cosmétique zéro déchet, vous pouvez cliquer ICI.

ET LE TEXTILE ?

Et maintenant, voici des labels qui concernent le textile. Car si vous souhaitez manger bio et avoir des cosmétiques respectueux de l’environnement, il est évident aussi qu’il faut s’habiller de manière raisonnée aussi ! Ainsi, voici deux labels pour donner exemple sur ce que l’on peut trouver sur le marché. Mais pour ce qui est de s’habiller responsable, il n’y a rien de mieux que les friperies !

OEKO-TEX

Label CONFIANCE TEXTILE

Ce label garantit que les produits chimiques utilisés lors du processus de fabrication sont sans risque pour la santé. Ils ont aussi un label spécial pour le cuir.

Pour plus d’informations, cliquez  ICI

GLOBAL ORGANIC TEXTILE STANDARDS

Label GLOBAL ORGANIC TEXTILE STANDARDS

Si une marque a des produits avec l’étiquette GOTS “biologique”, cela signifie que le produit doit contenir au moins 95 % de fibres biologiques. Autrement, un produit avec l’étiquette « composé de fibres biologiques » doit contenir au minimum 70 % de fibres biologiques.

Pour plus d’informations, cliquez ICI

ET MAINTENANT ON ACHÈTE QUOI ?

Voilà, nous avons fait le tour des principaux labels de cosmétiques ou mentions que l’on peut retrouver sur nos produits cosmétiques. Mais attention, cette liste n’est pas exhaustive surtout que les lois et législatives sont constamment en mouvement dans le monde de la cosmétique. 

Donc, ce qu’il faut retenir, c’est que si vous voyez un label sur un produit c’est POSITIF. Cependant attention, il faut se renseigner sur la signification du label, bio ne veut pas dire vegan ou encore naturel. Même si tous les labels que nous avons vus ont des similarités, ils ont chacun des variantes bien précises à connaître. 

De plus, un produit qui n’a pas de labels ne veut pas dire non plus qu’il est nocif ou dangereux, surtout en ce qui concerne les nouvelles marques. Et labelliser un produit est coûteux et cela peut mettre un peu de temps à renseigner tous les justificatifs. 

L’avis Loovia ?

Dans un premier temps, si vous achetez un produit en grande surface, les labels de cosmétiques sont importants et permettent une certaine garantie.

Après, si vous êtes déjà un consommateur raisonné et que vous achetez des produits dans des magasins spécialisés, ou locaux, peut être qu’une petite marque locale sans label est tout aussi respectueuse de l’environnement ! 

En conclusion, il n’y a pas de mauvais ou de bons choix! Il y a juste le choix qui convient à chaque consommateur!